SHLP
Collections et musées
Rubrique rédactionnelle SHLP
Manifestations culturelles
Annonces diverses
Stypendia
Catalogues électroniques
Horaires d'ouverture / godziny otwarcia
Contacts
Livre d'or
Galerie photos
Liens
  Collections artistiques  
  Les collections artistiques de la Bibliothèque Polonaise  
  Les collections  
  Les collections suite  
  Conservation des collections  
  Tekst w wersji polskiej  
  Manuscrits  
  Livres  
 HOME > Collections et musées > Collections artistiques
 Les collections artistiques de la Bibliothèque Polonaise

L’histoire des collections artistiques de la Bibliothèque Polonaise est marquée par trois dates importantes :



1838 – date de la naissance de la Bibliothèque à la suite de la réunion de la Société historique et littéraire et de la Société de l’Aide à la Recherche, qui en fusionnant ont créé la Société Historique et Littéraire Polonaise

1839 – date de l’ouverture à un large public

1854 –  date de l’installation définitive de la bibliothèque dans le bâtiment de l’île Saint Louis à Paris, au 6 quai d’Orléans.

 

Tekst w języku polskim

Texte rédigé par
Anna Czarnocka
Responsable des Collections Artistiques
et du Musée Biegas                                    


Le fond premier est constitué par les collections des émigrés. Il s’agit non seulement de collections d’ouvrages mais également d’archives précieuses sur l’émigration polonaise ainsi que des collections de cartes, de vastes collections d’œuvres d’art, de souvenirs et de photographies. Quatre fonds constituent des unités muséographiques indépendantes : le musée Adam Mickiewicz, le salon Frédéric Chopin, le musée Boleslas Biegas qui comprend des œuvres d’art du XIXe et du XXe siècle, et l’importante collection d’œuvres d’art rassemblées par Camille Gronkowski, enrichies par des dons de Polonais émigrés, de Français polonophiles ou des artistes eux-mêmes, d’origine polonaise mais demeurant en France. Le nom des principaux bienfaiteurs qui ont œuvré pour la naissance et l’activité de la Bibliothèque Polonaise ainsi que les dates plus importantes de son histoire sont gravés sur des plaques murales apposées sous l’effigie de l’aigle des Jagellons, symbole de l’état polonais libre, rapporté du Wawel le 3 mai 1929.

La Bibliothèque Polonaise, issue de la réunion de ces diverses sociétés a acquis lentement le statut d’une institution centrale, d’une parcelle de polonité à l’étranger, d’un trésor rassemblant les biens des émigrés. Elle était un fragment de patrie libre, dépendant de l’engagement et de la générosité des compatriotes. Grâce à leur sacrifice et à leurs dons, elle a survécu aux aléas de l’histoire et dure jusqu’à aujourd’hui.

Des collections entières sont parvenues à la bibliothèque mais également des œuvres individuelles héritées ou acquises, données dans l’espoir que leur soient assurées une protection et une sauvegarde. Une séparation très nette s’établit ainsi dans les caractéristiques des collections. D’un côté ce sont des « souvenirs nationaux », les plus précieux du point de vue sentimental et proches du cœur de chaque Polonais. L’intérêt des collectionneurs se concentrait alors sur les questions iconographiques et les critères nationaux. Cette attitude était liée avec l’idée de sauvegarde de la nation, de sauvegarde de la polonité de l’émigration, dans l’espoir de sauver le passé de l’oubli. Parmi eux se trouvent des souvenirs familiaux pieusement conservés ou provenant des caisses métalliques de soldats, humble « trésor » de ses propriétaires.
D’autre part ce sont des œuvres d’art rassemblées par des collectionneurs ouverts sur la culture française mais aussi sur l’art en général, parfois transmis par les artistes eux-mêmes, leur famille ou amis.


 

En France, nouvelle patrie de l’émigration polonaise, se sont constituées beaucoup de petites ou plus grandes collections « d’antiquités » ou « de souvenirs nationaux » et certaines d’entre elles constituent le fondement des collections artistiques actuelles.
Parmi les premières donations, il faut citer la collection de 163 estampes de Wladyslaw Zamoyski (1803 – 1868) ainsi que celle du général Karol Kniaziewicz (1762 – 1842) qui depuis mars 1831, remplissait les fonctions de représentant du gouvernement insurgé à Paris . La collection léguée par Kniaziewicz comptait plus de 800 gravures et dessins. Karol Kniaziewicz était lui même un peintre de talent. Dans notre collection se trouve une toile formidable de sa main  - la «Vue de Montmorency » où il passait toujours une partie de l’année à partir de 1834.

Maciej Wodzinski (1783 – 1848) a légué à la Société Littéraire, environ 40 000 gravures des artistes européens du XVème jusqu’aux années 40 du XIXéme siècle, accompagnées par une bibliothèque de travail contenant des dictionnaires, catalogues de collection, monographies des artistes, ainsi qu’une collection numismatique de 1000 pièces de monnaie et de médailles et une bibliothèque d’environ 4000 livres . Le voïévode Maciej Wodzinski, grand bibliophile et collectionneur de gravures, s’était établi, après la défaite du soulèvement de novembre, à Dresde où se trouvait alors un centre important de l’émigration politique polonaise. Le musée national qui portait son nom et existait à Dresde dans les années 1848 – 1850, a été intégré aux collections de la Bibliothèque Polonaise en février 1850 . A la Bibliothèque Polonaise de Paris on peut toujours admirer des œuvres de Romayn de Hooghe, Jeremius Falck, Jan F. Piwarski, Antoni Oleszczynski ou le célèbre album de 30 aquarelles de Sylwester Zielinski (1781 – 1853) intitulé « Tenues militaires polonaises ». Cet album a été présenté au public pour la première fois lors d’une exposition à la Bibliothèque Polonaise en 1969.

Parmi les premiers donateurs fut Charles de Montalembert (1810 – 1870), homme politique et grand ami de la cause polonaise. Le traducteur du « Livre de la nation et du pèlerin Polonais » de Adam Mickiewicz a transmis, en 1869, une collection d’environ 2300 gravures, pour la plupart des œuvres françaises du XVIIIème siècle.


 
 
         Copyright © Bibliothèque Polonaise de Paris. Tous droits réservés.