SHLP
Collections et musées
Rubrique rédactionnelle SHLP
Manifestations culturelles
Annonces diverses
Stypendia
Catalogues électroniques
Horaires d'ouverture / godziny otwarcia
Contacts
Livre d'or
Galerie photos
Liens
  Collections artistiques  
  Manuscrits  
  Les Manuscrits  
  Les Manuscrits... suite  
  Un poète et son musée  
  Inventaire et catalogues  
  Tekst w wersji polskiej  
  Livres  
 HOME > Collections et musées > Manuscrits
 Les Manuscrits
 

  Tekst w języku polskim

Texte rédigé par
Ewa Rutkowski
Responsable des Archives,
du Musée Mickiewicz et du Salon Chopin     

 

Les manuscrits de la Bibliothèque Polonaise de Paris


Liste des documents et de leurs donateurs

Dès la création de la Bibliothèque Polonaise de Paris, des collections de manuscrits, de papiers personnels, d’archives émanant d’institutions de l’Emigration ont été réunis dans le souci créer des archives nationales qui soient une source de connaissance accessible aux Polonais et à tous les étrangers. Des archives nationales, qui selon les termes de Karol Sienkiewicz, fondateur et premier directeur de la Bibliothèque, visaient à renseigner sur l’histoire de la Pologne, sur mille ans d’une culture fondamentalement liée à l’Occident chrétien et à ses corrélations avec la culture européenne.
La génération de la Grande Emigration transmit le fruit de toute sa jeunesse aux archives (par exemple des documents datant de l’insurrection de novembre) et de toute sa maturité (son activité en exil). Elle livra des documents sur la naissance d’un phénomène nouveau et inouï, celui de l’émigration politique. Elle laissa aussi les traces d’une existence faite d’errances, de son enthousiasme dans sa façon d’appréhender le monde et d’exercer une influence sur les partis politiques ; les traces de son esprit créatif et de son dissentiment d’avec la vie quotidienne ; les traces de la nostalgie et du désespoir, les traces de vies brisées et trahies, les traces de la maladie. Les traces de l’apparition d’une nouvelle façon de penser et de parler de la Pologne de son avenir et sur la place qu’elle tiendrait en Europe à travers l’expérience de l’Emigration. Les traces d’un délabrement qui touche cette même communauté spirituelle et les projets inhérents à son avenir.
Karol Sienkiewicz, bibliothécaire aux qualités inégalables, alors qu’il était secrétaire de la section historique de la Société Littéraire, avait envoyé en Europe (en Angleterre, Italie, Belgique, Espagne et France) une cohorte de copistes qui avaient pour tâche de rechercher des documents sur la Pologne dans les archives des bibliothèques et de les recopier. C’est ainsi que le fonds des archives parisiennes d’une collection de manuscrits fut créé, émanant d’une retranscription de la Bibliothèque Royale de Paris, aujourd’hui Bibliothèque Nationale. Il permettait de recréer le passé de la Pologne sur un sol étranger.
Julian Ursyn Niemcewicz, historien et poète, et le général Karol Kniaziewicz, qui avait pris part aux guerres napoléoniennes et à l’insurrection de novembre, furent les premiers sur la liste des grands donateurs de manuscrits.
Dans les décennies suivantes, au XIX siècle, des documents émanant d’autres figures de l’Emigration et de leurs familles vinrent alimenter le fonds de manuscrits.
Adamina Kamieńska, née Potocka, légua les papiers de son époux, le colonel Mikołaj Kamieński, fondateur avec Adam Mickiewicz de la Légion polonaise ; Eustachy Januszkiewicz, publiciste (journaliste), libraire, éditeur de l’Emigration, transmit plusieurs lettres de Joachim Lelewel, puis les Carnets de Voyage en Sibérie / Dziennik podróży z Siberii ainsi que la correspondance personnelle de son frère, Adolf Januszkiewicz, exilé en Sibérie pour avoir participé à l’insurrection de novembre.
Certains documents originaux ou recopiés du dernier roi de Pologne Stanisław August, émanent de Bronisław Zaleski, écrivain et proche ami de Cyprian Norwid et Walerian Kalinka, secrétaire général de Władysław Zamoyski. Les archives de la diète datant de l’insurrection de novembre, cédées en 1876 par la famille du député Henryk Nakwaski, contiennent l’acte de déposition du Tsar Nicolas I du trône de Pologne, où sont apposées les signatures d’environ 200 députés, dont celle du Prince Adam Czartoryski. Le président de l’inestimable institution de l’Emigration, « Honneur et Pain » (« Czci i Chleba »), Władysław Laskowicz, un parent d’Ignacy Domeyko, insurgé lituanien, ajouta en 1888 aux documents déjà réunis une collection d’écrits et d’actes de la guerre polono-russe de 1831.


 
 
       Copyright © Bibliothèque Polonaise de Paris. Tous droits réservés.